Un voyage Hors Normes

Une construction titanesque pleine de records

transsibLa construction du Transsibérien, dans son tracé d’origine, débuta en Mars 1891 et s’acheva en Septembre 1904 ; couvrant 8 fuseaux horaires et une distance de 9288.2 km reliant Moscou à Vladivostok en 6 jours et 4 heures en trajet direct . A cheval sur l’ Europe et l’Asie (la frontière se situant au km 1777), cette traversée de la Russie, plus grand pays du monde (17 075 200 km²) où se parlent plus de 150 langues et dialectes reconnus, parcours 12 Régions (область), 5 Provinces (край), 2 Républiques (республика), 1 Région Autonome (автономная область) et 1 Canton fédéral (округ) représentant 990 gares. Par la suite son parcours subira plusieurs transformations jusqu‘en 1916 afin de devenir tel que nous le connaissons aujourd’hui. Son coût initial a été de 1.455.413.000 roubles de l’époque (soit environ 32.428 millions d’euros). Par la suite, un processus de modernisation des voies avec le passage à l’électricité dura de 1929 à décembre 2002 et en fit la plus grande ligne de chemin de fer du monde contemporain.

Amurbridge2A la fin du XIXème siècle, les ingénieurs et savants russes révolutionnèrent les techniques de construction afin de réaliser ce parcours hors normes allant de -4 m en dessous du niveau de la mer, entre Amurskiy Zaliv et Ugol’naya (km 9252), à 1040 m d’altitude entre Yablonovaya et Turgutui (km 6110)  ; sur de fortes pentes, telle la descente entre Adrianovskaya et Sludianka-2 (km 5311) où 400 m de dénivelé se succèdent sur 30 km, avec des tronçons pouvant atteindre 17% d’inclinaison, et où un magnifique virage de 7 km aboutit tout droit dans un tunnel. De même, afin de franchir 16 grands fleuves, la chaîne de l’Oural , de l’Altaï et des Saïans, dont les plus hauts sommets culminent à plus de 4500 m d’altitude, des infrastructures colossales proportionnelles à l’immensité du territoire russe prirent forme : tel le pont surplombant le fleuve Amour (2568 m en 1916 puis 2612 m en 1999) ou encore le tunnel de Tarmanchukan (km 8140 – 8142).

VL_85-022_container_trainImaginez cette conquête du Far-Est accomplie il y a plus de 100 ans dans des conditions parfois extrêmes : l’Ouest sibérien avec ses vastes plaines marécageuses et de son interminable taïga. Du plateau de la Sibérie centrale avec ses canyons et lacs profond tel le lac Baïkal, plus grand réservoir d’eau douce de la planète (23 600 km3 ) d’une profondeur maximale de 1637 m, au froid glacial de l’hiver sibérien descendant jusqu’à -62°C (température record enregistrée entre Mogotcha et Skovorodino, km 6906 -7306 ) lors de la traversée des dernières montagnes menant à l'extrémité est du pays où un climat plus clément les attendait. A ce moment là, rien n’aurait laissé présager l’ampleur et l’importance qu’allait prendre la réalisation de ce projet dans le développement économique, démographique, politique et touristique de la Russie. Moscou, capitale la plus peuplée d’Europe avec ses 12 millions d’habitants intra-muros, est devenue le point de départ du mythique Transsibérien, vous ouvrant les portes d’une terre sauvage et incroyable, pleine de richesses, de surprises et de rencontres.